VF Akihito

Arbre à drabble, round de février

Oui, mieux vaut tard que jamais, le temps que je me décide à les publier aussi sur mon LJ en plus de ffnet et de Yasha, parce que heu.... j'en ai envie?!  Ca fait un peu d'activité sur mon LJ? (parce que pendant que j'écris des drabbles je ne regarde pas de films moi et que ça ne fait pas avancer mes affaires tout ça!!!) Bref, les drabbles écris pour la précédente session de l'arbre à drabble (en février donc) organisé par drakys.

Naruto – Naruto – G

La perfection !

C’était exactement ce que se disait Naruto alors qu’il observait son bol de ramen fumant devant lui.

L’aspect était exactement celui de chez Ichiraku, l’odeur, oh cette odeur, un délice. Il prit une longue inspiration au dessus du récipient et en ferma les yeux de plaisir. N’y tenant plus, il se lécha les babines et saisit ses baguettes. Il attrapa une première nouille l’observant rebondir exactement comme il le fallait, preuve de sa parfaite cuisson. Délicatement, il l’enfourna dans sa bouche, testant son goût subtil.

« Huummm » laissa-t-il échapper.

Il prit une seconde bouchée et encore une et encore une et… 

Toutes les bonnes choses ont une fin.

------------------------

Naruto - Sakura/Naruto/Sasuke – G

Le duo s'éloigne en s'insultant et Sakura se dit que les choses n'ont finalement pas tant changé que ça.
Sérieusement à les voir se chamailler comme des gamins de douze ans, il lui semble être revenue près de huit ans en arrière, hormis que s'il leur prend l'envie de se battre comme à l'époque sur le toit de l'hôpital, c'est tout Konoha qui y passera et peut-être même une partie du pays du feu avec si vraiment ils y mettent les formes.
Oui, bon tout compte fait, les choses ont peut-être bien changé.

-----------------------

Naruto - Naruto/Sasuke - PG [Spoils épisode 240 et quelques]

Trop d'émotions, trop de haine, trop d'amour, trop de violence et trop, bien trop de gens autour d'eux.
Naruto ne savait qu'une chose, ne voulait qu'une chose, l'entraîner loin des autres, le cacher au monde, même pour un temps, l'enfermer dans cette bulle au milieu de laquelle ils se retrouvaient quand leurs attaques les plus violentes se confrontaient. Et là, le serrer dans ses bras, comme il l’avait fait avec son double intérieur, absorber sa haine comme avec Kyûbi, la prendre à l’intérieur de lui pour l'y confiner et le remplir de son amour en échange, lui redonner le goût à la vie.

_____________________________

Naruto - Naruto/Sasuke - G

 « Plus jamais on retourne dans ce coin-là, cracha Sasuke en rajustant sa veste.

— C’était pas si terrible que ça », remarqua Naruto.

Le regard que lui jeta à cet instant son compagnon faillit le faire pouffer de rire, mais il prit sur lui, ne pouvant, cependant, retenir son sourire taquin.

« Allez quoi, Sasuke, les verres gratuits, le bain pour nous tout seul, tu ne vas pas me dire que tu n’as pas apprécié ?

— Je l’aurais plus apprécié si je n’avais pas surpris ces serveuses en train de renifler mes vêtements».

Et Naruto éclata de rire en se remémorant la colère de son amant à ce moment-là.

_____________________________

Naruto - Naruto/Sasuke - PG13

Il lui appartenait, à cet instant, au moment où le plaisir le clouait sur place, Sasuke savait que Naruto n’était qu’à lui, ne pensait qu’à lui et n’avait que son nom à l’esprit et à la bouche. Le village, les responsabilités, les complots, les missions, les équipes parties et dont il s’inquiétait toujours, tout cela quittait son esprit pour n’être remplacé que par lui et uniquement lui. C’était égocentrique comme façon de penser, mais Sasuke s’en fichait éperdument. Il avait ce besoin viscéral que son amant lui prouve qu’il aurait toujours une place à part dans sa vie, aujourd’hui comme hier, comme demain.

_____________________________

Naruto - Naruto/Sakura/des ninjas - G

« Un trou du cul », disait le mot que Naruto avait griffonné rapidement sur l’ordre de mission et c’est exactement ce qu’il dit à l’équipe chargée de la remplir, autant qu’ils soient prévenus.
Les trois ninjas posèrent leurs regards surpris sur leur hokage, tandis que Sakura pouffait.
« Quoi ? » demanda Naruto.
C’était vrai, cet imbécile de client était un trou du cul, point barre, et il avait beau avoir de l’argent à revendre et payer rubis sur l’ongle les ninjas qu’il employait, il n’en restait pas moins un trou du cul !



Viewfinder -  Asami/Akihito – T.

 « Je te connais bien Akihito. Il suffit que je te touche là… »

La main d’Asami se posa sur l’entre-jambe du jeune photographe.

« Que je t’embrasse là ».

Ses lèvres attrapèrent un téton brun. Akihito ne put retenir un premier gémissement. Aussitôt ses mains vinrent museler sa bouche. Cela ne provoqua qu’un sourire amusé chez le yakuza.

« Tu vois ?

- Pervers, répliqua le jeune homme.

- Si tu le dis. »

Ne laissant pas l’occasion à l’autre de répondre et comme pour bien marquer ses dires, Asami l’allongea sur la table et prit sa bouche.

----------------------------------------

Viewfinder - Akihito/Asami – PG

Les preuves, qu'il avait accumulées, pointaient toutes dans la direction d'un seul et même homme et malheureusement pour Akihito, ce dernier n'était autre que le propriétaire du Sion, le mafioso le plus dangereux de tout le japon et accessoirement son persécuteur personnel.
Qu'allait-il faire? Que pouvait-il faire? Il était presque certain qu'Asami était au courant de sa petite enquête et qu'au moment où il essaierait de le faire tomber, l'autre le ferait attraper et amener à lui pour abuser de son corps, pendant que les preuves seraient détruites.
Ses pensées en étaient là quand une limousine noire ralentit à sa hauteur.

----------------------------------------

Viewfinder -Akihito/Asami – R

 « Tu ne le penses pas.
— Bien sûr que si, répliqua Akihito en croisant les bras sur son torse et en se reculant un peu plus sur son lit.
— Alors explique moi pourquoi tu es déjà si dur, s’amusa Asami dont la main s’était faufilée jusqu’à la verge du jeune photographe.
— C’est physiologique et naturel, le matin, on ne t’a jamais appris ça ? » grogna-t-il alors qu’il essayait de se soustraire à la caresse experte qu’il sentait sur son sexe.
Le yakusa se contenta de sourire, sachant par avance qu’il allait obtenir ce qu’il voulait, de gré ou de force, peu lui importait en fait.

----------------------

Viewfinder - Feilong - PG

Il déteste qu’on contrarie ses plans. Pour être honnête rien ne l’agace autant, et généralement, cela se finit en bain de sang.  Certains y voient une certaine puérilité, d’autres la fermeté qu’on peut attendre du chef de la Baishe. Lui sait juste que c’est une ligne de conduite dont il ne déroge pas. Alors pourquoi avoir laissé partir Asami et son amant ? Takaba avait-il vraiment le pouvoir de l’avoir changé, comme il semblait l’avoir fait avec le mafieux japonais ? Feilong ne veut pas y croire, mais alors pourquoi hésite-t-il à appuyer sur la gâchette qui mettrait fin au jour du traitre devant lui ?

_____________________________


Teahouse – Atros/Linneus – G

 « Maintenant, je crois que cela suffit Xanthe.
Le tenancier du Teahouse s’arrêta net devant le ton sec avec lequel cette phrase avait été prononcée, pour ne pas dire crachée.
—Tu m’as clairement fait comprendre ma place dans cette maison, alors ne viens pas te plaindre lorsque je fais mon travail correctement, reprit Linneus.
— Et il me semble que ton travail justement doit être effectué dans le cadre de ta chambre, pas en bas des escaliers. »
Le visage du courtisan exprimait à quel point ces paroles le blessaient.
« Commence par cesser de batifoler avec Lilith dans le jardin et nous en reparlerons », lâcha-t-il avant de tourner les talons, énervé.

------------------------

Teahouse - Axis – T

Énervé, il était énervé. Ce petit noblion à deux balles, cette pédale de mes deux, non mais pour qui se prenait-il? Le prince héritier ou quoi? Axis allait lui montrer qui était le chef dans cette maison. Qu'il ose ramener ses fesses ici encore une fois et on verrait qui finirait avec la tête enfoncée dans l'oreiller, non mais. Ah oui, il allait goûter aux prouesses du tigre et oh pour sûr, elle en redemanderait la tapette, parce qu'Axis n'était pas gay ça non, jamais de la vie, mais doué, ça, alors ça oui !! En matière de sexe, il en connaissait un rayon, mon gars.

------------------------------

Teahouse - Axis/Rhys - R

Mais ça commençait tout de même à devenir sérieusement… douloureux, cette affaire.
Passe encore une fois ou deux, mais quatre!! Sérieusement? Ok Axis était un tigre, une bête de sexe mais aucune de ses clientes ne lui demander un tel... humm... investissement physique, oui, voilà, c’était ça le terme.
Il soupira alors qu’il passait la main sur ses reins maudissant Rhys et le jour qui lui avait fait pousser la porte du Teahouse et aussi Atros aussi pour avoir accepté de louer ses services à ce trou du cul qui le laissait toujours exténué sur son lit et l'arrière train en feu.

--------------------------------

Teahouse - Atros/Claret/Lilith/Linneus – G

 « Il ne peut pas rester, trancha Atros d’une voix ferme.
— Mais pourquoi ? » demanda Claret alors qu’elle serrait contre son opulente poitrine le minuscule chaton qui occupait depuis le matin les conversations et les attentions des membres du Teahouse.
Le jeune félin ronronnait à qui mieux mieux, malaxant ce sein rebondi.
« Parce qu’on ignore d’où il vient et quels parasites il transporte avec lui, répondit Lilith une mine de dégoût sur le visage devant la boule de poils
— Certains parasites sont plus nuisibles que d’autres », rétorqua Linneus et tous comprirent qu’il faisait allusion à la courtisane.
L’ambiance entre ses deux là était plus tendue que jamais.

--------------------------------

Teahouse - Axis/Rhys - NC17

Le prince lui chuchote : « Tu ne le penses pas» et l’agacement d’Axis monte encore d’un cran. Et s’il n’avait pas la bouche pleine à cet instant, il lui expliquerait par A plus B le fond de sa pensée. Seulement, …, seulement, là, tout de suite maintenant, avec ce sexe qui va et vient entre ses lèvres, c’est bien un peu dur de s’exprimer. Alors, il le fusille du regard, il lui promet mille morts et des souffrances dont il n’a même pas idée.
Pourtant, lorsque Rhys le libère avant de le tirer par les cheveux jusqu’à ses lèvres, il ne dit rien et fond dans le baiser.

--------------------------------

Teahouse - Mercutio/Claret/Rory/Axis/Linneus - PG-13

 « Et il en a redemandé », conclut Mercutio.
Des cris de dégoût lui répondirent alors qu’il finissait de raconter comment il avait fait jouir son dernier client, l’attachant à son lit et le molestant de ses joujous préférés.
« Tu es répugnant Mercutio », commenta Claret alors que son minois ne parvenait pas à se défaire de sa grimace horrifié.
De son côté Rory venait de repousser son cup-cake, n’ayant plus l’appétit de le déguster.
« Ce sont plutôt ses clients qui sont dégueux » remarqua Axis, pieds crades sur la table et gâteau bien en bouche.
Linneus hocha la tête. Pour le coup, Axis avait raison.

--------------------------------

Teahouse - Linneus/Gilder - PG13

 « La vie dans un bordel n’est pas si mal que ça, dit Linneus.
— Vraiment ? demanda Gilder.
— Huhum. »
Le courtisan se blottit contre la large poitrine de son client qui l’enveloppa entre ses bras. Il était bien et cela faisait trop longtemps qu’il n’avait pas ressenti cela. Il avait l’impression que cette étreinte était sincère, même s’ils n’étaient que client et prostitué, ils partageaient quelque chose d’autre, de différent et c’était exactement ce dont il avait besoin.

Le petit baiser déposé dans son cou lui provoqua un délicieux frisson et amena sur son visage un sourire heureux.

----------------------

Teahouse - Rhys/Reed - R

« Un trou du cul reste un trou du cul qu’il s’agisse de celui d’une femme ou d’un homme, il y a peu de différence », statua Rhys.

Reed ferma les yeux, plaçant son index et son pouce à la naissance de ses arcades sourcilières. Il avait beau y être habitué, parfois la vulgarité du futur roi d’Ivore le surprenait encore. Ce dernier affichait une mine clairement amusée. Reed ne répondit pas, il alluma une cigarette dont son ami chassa la fumée d’un geste agacé.

 Il ne pouvait pas complètement lui donner tord en fait, néanmoins, il préférerait toujours voir une paire de testicules, plutôt qu’une paire de seins se balancer devant lui.


----------------------

NCIS - Ziva/Dinozzo/Gibbs – G

 « Tant mieux, je l'ai payé avec ta carte.
— Très drôle Ziva », répond Tony tandis qu'il tâte ses poches... vides.
Aussitôt, son regard se reporte sur l'ancien agent du Mossad. Cette dernière affiche ce sourire mordant disant à quel point elle est fière d'elle, alors qu’elle soulève la main dans laquelle le portefeuille de Dinozzo repose.
« Ziva, je te jure que si tu as acheté... »
Mais, il sent la familière claque de Gibbs, au moment même où ce dernier demande:
« Acheté quoi Tony?
— Rien patron.
— McGee qu'est-qu'on a? » enchaîne le plus âgé, s'amusant intérieurement des gamineries dans son dos.

-----------------------